LA COMPAGNIE DU TREPIED

La compagnie du Trépied naît en 2017, d’une rencontre entre deux musiciennes et une circassienne.
Trois – Partition pour cordes en La majeur est leur première création,
réalisée en partenariat avec l’Ecole des Arts du Cirque La Carrière à Angers.






LES ARTISTES



Agathe Warlouzé

a été bercée par les percussions et les chants d’Afrique de l’Ouest dès son plus jeune âge. Elle découvre et se forme par la suite aux percussions brésiliennes puis aux rythmes orientaux lors de la création du groupe Samba Baladi en 2014. C’est au sein de cette formation qu’elle mesurera la force du spectacle de rue au travers de la proximité et des interactions qu’il permet avec le public.
Son parcours reflète une sensibilité particulière pour les musiques dites du monde qui l’amèneront petit à petit à développer sa voix et découvrir de nombreux chants : afro-brésiliens, yorubas, orientaux ainsi que des balkans. Elle entame en 2018 une formation vocale auprès de Martina A. Catella chez les Glotte-Trotters où elle y apprend la méthode voix mixte. 


Marion de la Bretèque

a très tôt tissé un lien avec les musiques du monde. Elle s’est initiée pendant de longues années au gamelan (ensemble d’instruments javanais) ainsi qu’aux percussions du Moyen-Orient et du Maghreb. En parallèle de cette formation autour des musiques traditionnelles, elle s’est formée également à la musique classique occidentale, en étudiant le violon. 
Elle a ensuite cherché à relier son goût pour les musiques du monde, notamment orientales et extrême orientales avec sa pratique du violon. Elle a ainsi effectué une résidence autour de la musique classique syrienne à Alep (Syrie), puis a étudié pendant un an le violon carnatique (classique d’Inde du Sud) au Temple of Fine Arts Malaysia.  Elle a vécu cinq années en Asie, séjour qui a été une grande source d’inspiration, et d’ouverture au monde. Depuis les années 2000, elle est violoniste et percussionniste auprès de diverses formations : Laoun Sharki (trio puis quintet acoustique revisitant les répertoires classiques et populaires du Proche Orient), Agadez (jazz afro-kabyle), Samba Baladi (spectacle de rue, entre Tropiques et Orient), la Cie du Trépied (spectacle cirque et musique du monde)…





Charlotte de la Bretèque,

a été formée à l’Ecole Supérieure des Arts du Cirque de Bruxelles (ESAC). Pendant sa formation, elle crée une discipline singulière : les « multicordes », un rideau de fine cordelettes qui a un langage technique qui lui est propre, mélage de sangles aériennes, mât chinois, équilibres sur les mains et acrobaties. 
Depuis 2008, elle tourne dans différents cirques (Cirque Monti en Suisse, Cirque Bouffon en Allemagne), cabarets (Wintergarten, GOP, Krystallpalast…) et compagnies de cirque contemporain (Cirque Baroque, The RatPack Cie…). Elle se forme également à d’autres disciplines comme le main à main, les équilibres sur les mains ou le jongagle. 
Charlotte a commencé la musique dès le plus jeune âge (flûte, percussions afro-cubaines et gamelan javanais) et cherche de plus  en plus dans ses projets à rassembler ces arts qu’elle affectionne tout particulièrement.





LE SPECTACLE

Tout public / 2 versions possibles : 1 heure (théâtres ou extérieur) – 40 min (jeune public ou extérieur) / Espace : circulaire




Trois – Partition pour cordes en La majeur


1 trépied, 1 km de cordes, 24 m2 d’herbe artificielle
12 boîtes, 3 femmes, 1 violon

Rythmes, souffles, murmures
Trois femmes chantent, scandent, susurrent

Accords, désaccords
Trois – Partition pour cordes en La majeur

TROIS – partition pour cordes en La majeur met en scène acrobaties aériennes et compositions originales. Les spectateurs sont immergés dans une bulle, bercés par les chants et musiques aux influences métissées des trois femmes. Les cordes, les boites, tout est prétexte au jeu, musical ou théâtral. Au fil du spectacle, des liens se tissent, des cordes se tressent au gré de tableaux poétiques, drôles et touchants…




“Ces trois-là sont complices : cela s’entend, se voit, se ressent. Sur les mélopées arabisantes de nos deux voix chantant une langue bien à elles, Charlotte de la Bretèque prend de l’altitude et évolue sur cordes raides et souples. Elle s’enroule, se cambre, garde la pose et n’hésite pas à se percher en haut du trépied. Un spectacle délicat, poétique, envoûtant et tout en modestie.”

10/09/2017, Courrier de l’Ouest.




“(…) spectacle sensible, musical, théâtral alliant grâce et acrobaties.”

28/08/2018, Courrier de l’Ouest.




“(…) une prestation atypique, orientale et méditerranéenne pour tous les publics. Les instruments mystérieux, la langue inventée s’accordent à l’art de la corde de la circassienne, donnant lieu à une poésie subtile.”

02/11/2020, Courrier de l’Ouest.










PHOTOS


ESPACE PRO

Le dossier du spectacle

Télécharger

La fiche technique

Télécharger

L’affiche

Télécharger